workshop 2 le 20/09/2017

2ème workshop du projet  » Frontières et concurrences normatives dans les échanges économiques internationaux » mercredi 20 septembre 2017.

L’invitée de ce 2ème workshop est Madame Anne-Célia Disdier, économiste au CEPII à Paris (Centre de recherche français dans le domaine de l’économie internationale).

Ce 2ème workshop sera consacré à l’analyse économique des enjeux liés aux normes dans le commerce international.
Il s’agit essentiellement de faire un état de l’art sur l’importance des barrières non tarifaires aux échanges internationaux, en insistant plus particulièrement sur les aspects normatifs mais aussi sur ce que les économistes appellent les dark costs ou dark friction, sorte de barrières cachées au commerce.
Les questions posées porteront sur la nature de ces barrières, comment affectent-elles les échanges, quelles sont leurs conséquences économiques ?

Appel à contributions

Dans le cadre du projet « Frontières et concurrence normatives dans les échanges économiques internationaux », nous organisons le 27 novembre 2017 à l’université de Bordeaux un colloque interdisciplinaire « Les normes dans le commerce international ».

A cet effet, nous lançons un appel à contribution, date limite d’envoi de proposition le 15 septembre 2016.

Appel à communication_Nome

 

Frontières et concurrences normatives

La spécificité des accords commerciaux internationaux, en particulier les grands projets récents dits de « nouvelle génération » : « TTIP » entre l’Union Européenne et les Etats-Unis ou encore « CETA » entre le Canada et l’Union européenne provient du fait que, contrairement à leurs prédécesseurs qui se focalisaient sur les barrières commerciales traditionnelles (protections douanière et tarifaire d’effet équivalent en particulier), ils mettent la norme au premier rang des barrières significatives pour le commerce international et l’investissement. Le projet est donc destiné à éclairer tant la société civile que le décideur public sur l’opportunité de s’engager dans des accords tels que les traités transatlantiques, en mettant en évidence leurs réels enjeux et en s’efforçant de cerner leur bilan coûts/avantages.